glossaire suivi projet informatique

Les définitions proposées sont issues à la fois de notre expérience et des sites web tels que www.commentcamarche.net ou wikipedia.
ABC–  D E F G H I J K LMN O P QRST UVW X Y Z

A

Assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO) : entité apportant son appui à la maîtrise d’ouvrage pour les aspects de gestion de projet, conseils techniques et/ou fonctionnels, mise en place et réalisation des tests,…

C

Comité de pilotage (COPIL) : Groupe de personnes chargé du suivi régulier de l'avancement du projet, des prises de décisions,.. Le maître d'ouvrage participe au comité de pilotage, ainsi que le responsable de la maîtrise d'œuvre. En règle générale, le maître d'ouvrage est le président du comité de pilotage. Il est possible d’associer des personnes extérieures à la MOA, MOE ou AMO : utilisateurs, experts, … Il est préférable que le COPIL soit constitué d’un groupe restreint d’individus.

M

  • Maître d’ouvrage (MOA) : celui qui demande et paye. Il définit l'objectif du projet, son calendrier et le budget consacré à ce projet. Le résultat attendu du projet est la réalisation d'un produit, appelé ouvrage. La maîtrise d’ouvrage représente à ce titre les utilisateurs finaux à qui l'ouvrage est destiné. La maîtrise d’ouvrage peut être aidée par une maîtrise d’ouvrage déléguée et/ou une assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO).
  • Maitrise d’ouvrage délégué : Elle a le pouvoir de représenter juridiquement et financièrement le maître d’ouvrage, vis à vis du maître d’œuvre.
  • Maître d’œuvre (MOE) : celui qui réalise dans les conditions de délais, de qualité et de coût fixées par le maître d’ouvrage conformément à un « contrat » (prestations réalisées suite à une réponse à un appel d’offre ou à un cahier des charges). La maîtrise d'oeuvre est donc responsable des choix techniques inhérents à la réalisation de l'ouvrage conformément aux exigences de la maîtrise d'ouvrage. Le maître d'oeuvre désigne une personne physique chargée du bon déroulement du projet, et qui sera plus particulièrement l’intermédiaire, le contact pour la maîtrise d’ouvrage. Cette personne est le chef de projet
  • Maintenance  : ensemble des opérations de modification d’une application opérationnelle laissant intactes ses fonctionnalités de base. La maintenance permet donc de maintenir un système en fonctionnement en rectifiant les anomalies de l'ouvrage et en prenant en compte les demandes d'évolution des utilisateurs.
    On distingue généralement la maintenance corrective, consistant à corriger les erreurs du système de la maintenance évolutive consistant à modifier le système pour lui apporter de nouvelles fonctionnalités.
    (voir aussi TMA – Tierce maintenance applicative)

R  

Recette : vérification de la conformité de l'ouvrage à la demande formulée dans le dossier validé de conception générale (spécifications acceptées par la MOA et MOE). Elle est effectuée par la MOA  La recette est un processus rigoureux et méthodologique, elle comprend à la fois des tests unitaires et des scénarii simulant des sessions d’utilisation.
En cas de succès elle est dite prononcée, ce qui mène à l'étape suivante, souvent le déploiement de l’application. À défaut ce dernier est réputé refusé et doit alors faire l'objet d'une ou plusieurs réserve(s):

  • Majeure : en théorie elle interdit de prononcer, en ce cas le projet de réalisation doit continuer afin de résoudre le problème constaté, ou bien avorter
  • Mineure : elle ne porte que sur un détail donc n'interdit pas de prononcer la recette

La recette est parfois dite provisoire pendant une période de temps appelée délai de garantie.
Cette étape se conclue lors de l'expiration du délai de garantie par la rédaction d'un procès-verbal de réception définitive cosigné par le maître d'œuvre et le maître d'ouvrage contenant les remarques du maître d'ouvrage et éventuellement le refus de l'ouvrage s'il n'est pas conforme au cahier des charges.

voir aussi

S  

Sites pilotes : La mise en place de sites pilotes permet de tester l'ouvrage dans sa dimension technique, comme dans celle de l'organisation et de l'adhésion des utilisateurs. L'expérience des sites pilotes permet de préparer le déploiement, de mieux en apprécier la charge, et d'en identifier les difficultés a priori.

T

  • Tierce maintenance applicative (TMA) consiste à externaliser la maintenance des applications, c'est-à-dire confier tout ou partie de la maintenance des applications à un prestataire informatique tiers contre rémunération en définissant des niveaux de disponibilité, de délais et de qualité.
    La maintenance applicative consiste à assurer le bon état de fonctionnement d'un logiciel, ce qui comprend notamment la correction des bugs, l'adaptation à un nouvel environnement ou à de nouveaux cas d'utilisation ou encore assurer la montée en charge de l'application.
    Par opposition, la maintenance évolutive, non couverte par la TMA, consiste à apporter de nouvelles fonctionnalités à une application.
  • Tierce Recette Applicative (TRA) est dans le domaine informatique, un terme qui désigne une prestation proposée principalement par les SSII. Elle correspond à la mise en place d'une méthodologie de tests aux différentes étapes d'un projet afin d’en optimiser la recette finale. Il peut s’agir de traiter d'une application ou d'un site web (dans ce cas, elle est aussi appelée e-TRA)

V

  • La vérification d'aptitude  (VA) a pour but de constater que l’application livrée présente les caractéristiques techniques qui la rendent apte à remplir les fonctions précisées lors des spécifications. Cette constatation peut résulter de l'exécution dans les conditions fixées par le marché d'un ou plusieurs programmes d'essais.
    • Si la vérification d'aptitude est positive, on procède à la vérification de service régulier.
    • Si la vérification d'aptitude est négative, la personne responsable du marché prend une décision d'ajournement ou de rejet. En cas d'ajournement, le titulaire, après intervention, notifie une nouvelle mise en ordre de marche. 
       
  • La vérification de service régulier (VSR ) a pour but de constater que l’application est capable d'assurer un service régulier dans les conditions normales d'exploitation pour remplir les fonctions visées.
    Sauf stipulation différente du marché, la régularité du service s'observe, à partir du jour où les éléments ont été déclarés aptes, pendant une durée de deux mois 
    Le service est réputé régulier si la durée cumulée sur ces deux mois des indisponibilités imputables à chaque élément de matériel ne dépasse pas, sauf stipulation différente du marché, 7,5 p. 100 de la durée, sur ces deux mois, de la période d'intervention mentionnée au 3 de l'article 48 ou de la durée d'utilisation effective mentionnée au 2 de l'article 49 si celle-ci est supérieure.

(source http://www.marche-public.fr/) Les articles font référence au décret n° 77.699 du 27 Mai 1977 complété par son chapitre VII approuvé par le décret n° 86-619 du 14 Mars 1986.